wb_sunny

météo

rhuis2.jpg


Agréablement campée sur le versant sud de la vallée de l'Oise, l'église Saint Gervais-Saint Prothais est l'un des édifices  romans les plus anciens et les plus attachants de l'Oise.

Son plan, très simple, comprend une nef basilicale de quatre travées terminée par un  choeur en hémicycle. Le clocher s'élève au-dessus de la derniére travée du bas-côté nord et une chapelle, construite au milieu du XIIéme siècle, prolongeait autrefois ce même bas-côté. Il n'en reste que les substructions.



Rhuis__60_,_église_Saint-Gervais-Saint-Protais,_nef,_vue_vers_l_est_4.JPG

Remarquablement restaurée, la nef est un bon exemple de nef basilicale du milieu du XIème siècle. Son austère simplicitée est frappante: chacun des murs gouttereaux est percé de quatre arcades en plain cintre à angles vifs et sans ressauts, et aucune colonne, aucun pilastre, ne viennent affirmer la division en travées d'une paroi qui, dans la continuité des traditions préromanes, reste inarticulée. Les arcades reposent sur des piles rectangulaires par l'intermédiaire d'impostes décorées de triangles davantage gravés que sculptés.

Fruit, comme l'abside, d'une  seconde campagne de construction effectuée dans le dernier quart du XIème siècle, et selon une esthétique cette fois pleinement romane, le clocher est d'une rare élégance. Au-dessus d'un soubassement ajouré d'une baie sur chaque face, excepté au sud, s'élèvent deux étages de baies géminées soulignées par un encorbellement de billettes. Une courte pyramide de pierre termine l'ensemble. Par ces caractéristiques ce clocher est très proche de ceux, comtemporains, de Pontpoint, Noel Saint Martin et Morienval.
Un deuxième clocher, jamais réalisé, devait sélever symétriquement au sud suivant une tradition alors bien ancrée dans la région.
Une voûte d'ogives qui compte parmi les plus anciennes conservées (années 1120) couvre la dernière travée de ce bas-côté sud, transformée en chapelle après l'abandon du projet de second clocher.
On remarquera, en façade, un petit portail à gable, l'un des premiers de cette époque
.

planXIX.jpeg
mpodillonPointeBic.JPG

Dans les années 1960, une restauration  de l'église qui durera 6 ans,  a été financée par le Baron Marcel BICH. Ce dernier a souhaité que  l'église soit restituée dans son état le plus proche de  son origine. De nombreux vestiges seront mis à jour dont des peintures murales ci-contre.
Les corniches, détruites au cours de travaux au XIXème siècle, ont été refaites ainsi que les modillons. On peut voir un modillon représentant le Baron BICH avec un stylo.



eglise-peinture-murale